Soudage

Le métal d’apport

L’opération de soudage nécessite de l’énergie pour mettre en fusion les pièces à assembler. Il nécessite également un apport de métal afin d’assurer les bonnes performances mécaniques. La fusion du métal d’apport est donc indispensable dans la majorité des constructions d’assemblage.

Les métaux d’apport jouent un rôle important dans le processus de soudage en fournissant la fusion nécessaire pour réaliser des soudures solides. La fusion du métal d’apport est ainsi indispensable dans la majorité des constructions d’assemblage. Le choix du type de métal d’apport dépend de votre procédé de soudage et de votre application. Le choix du bon métal d'apport est ainsi essentiel pour garantir des performances mécaniques optimales.

Le métal d’apport est un métal apporté lors du procédé de soudage pour créer les cordons de soudure. Il diffère en fonction des procédés et applications de soudage utilisés et de l’application :

  • Electrode enrobée: une baguette métallique entouré de flux qui va protéger le bain de fusion de l’air ambiant
  • Fil de soudage en bobine
    • pour le procédé de soudage MIG / MAG (procédé Gas Metal Arc Welding) qui utilise majoritairement de l’argon faisant office d’inertage du bain.
    • pour l’arc submergé: le flux assure la protection du bain. Les diamètres sont usuellement plus important qu’en MAG (par exemple 3.2mm)
    • pour le procédé TIG / Plasma automatique - souvent rencontré dans la fabrication de tubes soudés - où il est dévidé directement dans le bain de fusion. Pour le soudage MIG/MAG robotique utilisant un système de dévidage adapté, le fil peut être conditionné en fût ce qui permet d’en stocker une plus grande longueur.
  • Baguette métallique pour le procédé de soudage au TIG manuel. Les métaux d'apport TIG peuvent être présentés en baguettes conditionnées en étuis de 1 kg ou 5 kg (max.).

Les métaux d’apport sont également utilisés dans le cadre du brasage. Il diffère du soudage par le fait que seul le métal d’apport est fondu, pas les pièces à assembler. Il n’y a donc dans ce cas pas de continuité chimique dans l’assemblage. Un procédé classique de brasure utilise une flamme oxy-acétylénique. On retrouve alors des baguettes de métal d’apport, par exemple en alliage Cuivre / Argent pour le brasage du cuivre. Ce procédé est couramment utilisé pour joindre des pièces légères et délicates, tels que les bijoux, les instruments de précision et autres outils nécessitant une liaison précise et durable.
 

Pourquoi utiliser du métal d’apport pour une soudure ? 


La soudure peut être effectuée par fusion du métal de base ou bien par adjonction de métal d'apport de même nature que la pièce à souder. Le métal d’apport permet d’amener des éléments d’addition, de remplir des chanfreins, de combler certains jeux (vide de matière). Souvent d’une composition proche des pièces à assembler, le métal d’apport permet d’assurer une continuité chimique après soudage dans l’industrie, assurant ainsi une jonction solide.

Comment choisir le métal d’apport qui vous convient le mieux ? 


Le métal d’apport total à utiliser est souvent imposé par les normes ou codes de construction. Air Liquide vous conseille de vous rapprocher d’un fournisseur de métaux d’apport, afin de mieux vous guider suivant le type d’applications: acier à outils, acier inoxydable, aluminium et alliages, cuivre et alliages, base nickel,...). 
Pour plus d’informations sur les métaux, n’hésitez pas à consulter nos pages Air Liquide concernant un aperçu des températures de fusion des métaux, et notre gamme de gaz de protection (et conditionnements), livrés sur site ou disponibles dans notre réseau de distribution.

Pour toute question sur les gaz pour le soudage ou découpe (oxycoupage, découpe laser ou découpe plasma), n'hésitez pas à contacter notre équipe d'experts.
 

Avez-vous des questions sur le métal d’apport ? Veuillez remplir notre formulaire de contact.

Nos experts vous répondront dans les 24 heures.
Vous êtes un...
privacy